GlobeSenior : Vous avez vécu en France jusqu’en 1999, puis vous vous êtes installée avec votre époux pour 16 années à Tahiti. Il y 2 ans, plutôt que de revenir dans l’hexagone, vous avez opté pour le Portugal …. Pourquoi ne pas être retournés en France et pourquoi avoir choisi le Portugal ?

Réponse de Dominique : A la fin des années 80, nous avions un projet pour une installation en Algarve. Mais ce projet n’a pas abouti. Quand nous avons pris la décision de quitter Tahiti pour nous rapprocher de nos enfants, nous nous sommes dit « et pourquoi pas revenir au Portugal », la France ne correspondant plus à nos attentes. Et nous sommes retombés sous le charme de ce pays…

 

Vous avez décidé d’habiter la charmante ville de Sesimbra à 40km de Lisbonne. Qu’est-ce qui vous a attirée vers cet endroit ? La région de l’Algarve, dont les médias parlent si souvent, ne vous intéressait pas ?

Sesimbra est un village de pêcheurs authentique, aux portes de Lisbonne. Après 16 ans dans les îles, nous avions également l’envie de renouer avec les musées, la culture, la vie sociale… Et la proximité de l’aéroport international nous permet de continuer à voyager et à retrouver aisément nos enfants, famille et amis.

Quant à l’Algarve, nous y sommes revenus en 2013, mais cette région, hormis Tavira et la Ria Forosa jusqu’à l’Espagne est, pour nous, trop touristique et par rapport à ce que nous avions connu, elle a perdu beaucoup de son charme.

Selon vous, peut-on faire de bonnes affaires immobilières au Portugal et faut-il faire preuve d’une prudence particulière avant d’acheter ? 

Depuis quelques temps, les prix explosent au Portugal, et Sesimbra n’est pas épargnée. Comme dans tous les pays du monde, il vaut mieux s’entourer de personnes compétentes. Certains agents immobiliers sont prêts à tout pour vendre. Un conseil, posez vos questions à la communauté française installée au Portugal, qui partagera son expérience.

Pouvez-vous nous dire à quoi ressemble votre journée idéale à Sesimbra ?

Oh là là, pour moi, elles ne sont pas assez longues ! Quelques courses le matin au marché de Sesimbra, en hiver, des balades le long de la plage ou dans l’arrière-pays, l’été, la même chose mais les pieds dans l’eau.

De temps à autre, un bon poisson grillé au restaurant, et de bons repas entre amis autour d’une bonne table à déguster produits portugais ou français, car il est difficile de renier ses origines ! Des balades dans Lisbonne etc.

 Tout savoir sur la retraite au Portugal

Vivez-vous « entre Français » ou bien avez-vous pu vous nouer des liens avec des portugais depuis votre arrivée il y a 2 ans ?

Il est difficile, quand on arrive dans un nouveau pays, et même dans une nouvelle région en France, de lier amitiés avec les autochtones, et encore plus quand on n’a plus d’activité professionnelle.

Nous sommes sur Sesimbra un nombre important de Français, mon mari les accueille et organise régulièrement des repas, afin que chacun puisse faire de nouvelles rencontres.

A l’initiative de certains, des marches sont organisées, de la pétanque et quelques projets sont en cours de préparation. La relation avec les Portugais de souche reste quand même très limitée. La principale raison est la barrière de la langue, ainsi que la différence de niveau social qui se ressent beaucoup plus en dehors des grandes villes.

 

Vous gérez une maison d’hôtes alors vous devez accueillir régulièrement des français et peut-être même des retraités … Quels conseils donnez-vous à ceux qui aimeraient s’installer au Portugal ?

Effectivement, nous avons parfois accueilli des retraités français (et même des belges), en quête d’une nouvelle vie. Nous partageons avec eux notre expérience.

Je pense que pour les personnes vivant au moment de leur retraite, leur première expatriation, il est préférable dans un premier temps de silloner différentes régions (Porto et le Nord, Lisbonne, l’Algarve, le centre…), puis de louer pour se faire une idée plus précise de la vie au Portugal. Rencontrer des gens, ne pas vouloir reproduire la même vie qu’en France, apprendre la langue et profiter de la vie

Pour terminer Dominique, pouvez-vous nous dire ce qui attend les visiteurs dans votre maison d’hôtes ? Nous sommes sûrs qu’ils vous rendront volontiers visite, surtout en sachant que vous êtes une pâtissière émérite !

Nous aimons beaucoup échanger avec nos hôtes, surtout le matin au petit-déjeuner. Ils sont toujours en attente de conseils pour les visites, les restaurants, les activités à faire sur Sesimbra et ses alentours et même Lisbonne à seulement 35 km.

Notre maison se situe dans un quartier très calme de Sesimbra, avec une vue exceptionnelle sur l’océan, et à seulement quelques minutes à pied des plages, du centre du village et des restaurants. On oublie la voiture. et pour la pâtisserie, ils pourront déguster chaque matin quelques brioches.

J’ai un petit laboratoire de pâtisserie dans ma cuisine, et je propose à nos compatriotes quelques « Délices de CasaMar » 

 

Merci Dominique ! 

Pour en savoir plus sur la maison d’hôtes de Domimique : https://www.casamar.pt

Pour suivre le blog de Dominique : http://en-route-pour-le-portugal.over-blog.com

Si vous avez aimé cet article, merci de cliquer sur le bouton « J’aime » ci-dessous pour aimer la page Facebook de Globesenior.

N’hésitez pas à laisser un commentaire en bas de la page !

Les derniers articles  :

Une retraite sportive en Algarve !

Partir vivre sa retraite au Portugal ne signifie pas nécessairement se la couler douce. Là-bas, on peut y pratiquer tous les sports dans des conditions optimales toute l’année.

Les 12 idées reçues à oublier sur la retraite à l’étranger

La retraite à l’étranger véhicule des tas de clichés et certains nous arrangent bien lorsque l’on n’ose pas se lancer. Et si on leur tordait le cou une bonne fois pour toutes ?   1 - Il faut être riche pour pouvoir prendre sa retraite au soleil  Vous avez déjà eu...

error:
retraite etranger

Oups, désolé de vous déranger, mais c'est important de rester informé.

En recevant 1 fois par mois des conseils, actualités et témoignages.

You have Successfully Subscribed!