Le système d’assurance maladie en Suisse

Category: Santé 23

En Suisse, les gens ont la chance de bénéficier d’un système d’assurance maladie, comme dans tant de pays européens, mais loin d’être comme dans de nombreux pays du monde. Même aux Etats-Unis, il y a toujours des discussions à ce sujet. En Suisse, il est obligatoire de s’assurer auprès d’une caisse maladie.

L’assurance Maladie en Suisse

L’assurance de base couvre les prestations de maladie, d’accident et de maternité. En cas d’accident, l’assurance maladie n’intervient toutefois que si la personne assurée ne dispose pas d’une autre assurance accident (obligatoire ou privée). Sont obligatoirement assurés contre les accidents tous les travailleurs qui sont employés en Suisse et qui travaillent plus de 8 heures par semaine. Ceux-ci peuvent exclure la couverture accident de leur assurance maladie.

En Suisse, les assurés doivent participer aux frais de traitement. D’une part, ils doivent payer une quote-part de 10% (max. 700 CHF/an) et, d’autre part, ils prennent en charge une quote-part fixée à l’avance, appelée franchise (300/500/1000/1500/2000/2500). Il s’agit du changement le plus important de l’assurance maladie. Mais là encore, un professionnel peut vous conseiller utilement. Si vous choisissez une franchise plus élevée, vous payez moins par mois, si vous ne voulez pas prendre de risque et choisissez la franchise la plus basse, vous payez plus par mois. La franchise peut être modifiée ou ajustée année après année.

En 2021, il y a environ 70 caisses d’assurance maladie en Suisse, un pays pourtant petit. Il est important de choisir sa caisse d’assurance maladie suisse comparatif des différents prestataires.

En Suisse, il existe également quatre modèles de base différents :

Standard : c’est le plus cher au mois, mais on peut consulter n’importe quel médecin à tout moment, même directement un spécialiste.
Médecin de famille : quel que soit le problème, on consulte toujours en premier lieu son médecin de famille, qui peut déjà faire beaucoup de choses dans la plupart des cas et qui, en cas d’urgence, envoie le patient chez un spécialiste. Les caisses peuvent ainsi économiser des coûts, ce qui se répercute sur la cotisation mensuelle. (Les exceptions sont le dentiste, l’ophtalmologue et le gynécologue).

Lire:  EHPAD : quel est le matériel nécessaire pour prendre soin des résidents ?

Modèle téléphonique : certaines mutuelles santés proposent le modèle téléphonique. Dans ce cas, on appelle d’abord un numéro de téléphone et on reçoit des conseils par téléphone. Ces derniers peuvent à leur tour donner des conseils, ce qui rend une visite chez le médecin superflue, c’est aussi pour cela que ce modèle est souvent moins cher.


Modèle HMO : l’assuré s’engage à se rendre dans un cabinet particulier en cas de maladie. En raison du choix limité du médecin, les assurés bénéficient d’une réduction de prime pouvant aller jusqu’à 25% par rapport au modèle standard.
Une autre différence concerne les soins dentaires. En Suisse, ils ne sont que rarement pris en charge par l’assurance de base. Seuls les traitements dentaires d’une maladie grave et non évitable du système de mastication ou les traitements d’une maladie générale grave et de ses conséquences sont payés. Les frais d’obturation dentaire en cas de carie ou de correction de la position des dents (appareils dentaires) doivent être couverts par une assurance complémentaire ou payés par le patient lui-même. Pour les personnes âgées, cela peut s’avérer très coûteux et ne plus être rentable. Pour ce faire, elles doivent également se rendre chez le dentiste avec un formulaire, qui examine les dents et le documente. La caisse d’assurance maladie peut alors accepter, refuser, faire une exclusion (d’une ou plusieurs dents défectueuses) ou demander un prix plus élevé, selon l’état et le risque des dents.

Particularité : en Suisse, on fait la distinction entre maladie et accident. Seules les personnes qui ont inclus la couverture ‘accident’ dans leur assurance maladie sont remboursées par la caisse maladie en cas d’accident. Les employés qui sont également assurés par leur employeur pour les accidents non professionnels déclarent toujours un accident à leur employeur et cette assurance prend alors tout en charge. Sans franchise ! Alors qu’en Allemagne, le salaire est également payé par la caisse d’assurance maladie, en Suisse, le salaire est payé par l’assurance d’indemnités journalières en cas de maladie si l’employeur en a souscrit une (ce n’est pas obligatoire). C’est alors indiqué dans le contrat.

Lire:  5 astuces pour prendre soin de ses yeux

Réduction des primes : Les personnes qui disposent de moyens financiers modestes sont aidées à payer leur assurance maladie. Les personnes qui ont droit à une réduction des primes sont réglementées au niveau cantonal. Les critères déterminants sont le revenu et le nombre d’enfants. Dans de nombreux cantons, l’administration vous informe directement si vous y avez droit. Ils sont déterminés chaque année sur la base de la taxation fiscale. Mais dans certains cantons, il est également obligatoire de faire une demande. On n’a donc droit à la réduction que si l’on agit soi-même et qu’on la demande chaque année.

Related Articles